Ma rencontre avec

Guiroa

«  Je les ai attendus pendant 30 ans, mais en réalité, même aujourd'hui mes parents me manquent. »

Guiroa Markowitch

Guiroa Markovitch nait en 1933 de parents issus de la haute bourgeoisie juive polonaise. Ils sont fiers de leur « fils français » et persuadés que ni la France ni l’Allemagne ne leur feront aucun mal. Son père, officier de cavalerie, est pourtant arrêté en mai 1941, lors de la rafle du Billet vert et sera déporté à Pithiviers, puis Auschwitz. Le 16 juillet 1942, Guiroa est endormi dans sa chambre lorsque les policiers viennent chercher sa mère pour l’emmener au Vél’ d’Hiv. Seul dans Paris, il prend un train au hasard, et se retrouve caché chez des anarchistes espagnols, pour qui il effectue de petites missions de résistance. À dix ans, il se sent comme le héros d’un des romans d’aventure dont il est friand.
À la libération, il revient à Paris chercher ses parents. Peu à peu, il comprend que tous les deux ont été déportés. Il mettra cependant plus de trente ans à accepter qu’ils ne reviendront plus. Doué pour la mécanique il apprendra tout seul à réparer des machines, plus tard il deviendra un excellent ingénieur en électronique spécialisé dans la miniaturisation. Entre temps il passe plusieurs années dans un kibbutz en Israël où il sera berger et rencontrera sa femme, ce qui lui fera renoncer au projet suicidaire qu'il avait en tête.



+ d'infos sur Guiroa Markowitch